jeudi 29 octobre 2009

Pourquoi je vais voter pour Louise Harel.

Les médias traditionnels se prononcent; moi aussi.
Je voterai Louise Harel et supporterai son équipe Vision Montréal.

Ainsi, je me prononcerai en faveur d'une vision pour Montréal; non pas nouvelle, mais une vision pour Montréal retardée depuis le 20 juin 2004.

Rappelons l'ensemble des accomplissements politiques de Louise Harel, sociologue, et fille d'un diplômé en histoire et d'une mère coiffeuse (visiblement).

Elle a travaillé à l'équité salariale, au rapatriement des programmes dans le domaine de la main d'oeuvre, à la création d'Emploi-Québec et bien certainement au dossier des réorganisations municipales québécoises.

Et réside ici l'essentiel de mon vote pour Louise Harel.

Gérald Tremblay, élu sur le concept électoraliste des défusions municipales, participera à la mise sur pied de 89 référendums (mené par Jean Charest, lui aussi élu sur la base des mêmes concepts électoralistes) qui mèneront à la mise en place d'une hyper bureaucratie improvisée.

Gérald Tremblay n'est pas corrompu; mais il ne pourra jamais se laver les mains d'avoir instauré un système de gouvernance hyper-lourd qui ne pouvait mener à autre chose qu'à la corruption. C'est ce système tordu qui fait en sorte que la ville de Montréal soit présentement ingouvernable et en retard sur d'autres métropoles internationales aux pouvoirs centraux regroupés, ne serait-ce que Toronto par exemple. Voter pour Louise Harel, c'est donc espérer que le conseiller ainsi que le maire d'arrondissement de Vision Montréal dans Rosemont-Petite-Patrie, pour qui je vais aussi voter, perdent leurs emplois respectifs d'ici la fin de leurs mandats.

Je supporte Louise Harel dans sa restructuration du processus de gouvernance pour Montréal, comme elle y avait elle-même travaillé en 2000 et 2001 à titre de ministre des Affaires municipales de la Métropole.

Quelque chose que Richard Bergeron, architecte, urbaniste et docteur en aménagement serait absolument incapable de mener de manière pertinente. Son expérience politique est limitée et se limite à ses propres expériences en la matière. Entre participer à élucider une fraude; et modifier une bureaucratie: deux monde.

Et si certaines personnes se limiteront à ne pas voter pour Louise Harel à cause de son travail acharné pour la souveraineté du Québec, ou parce qu'elle ne maîtrise pas complètement la langue anglaise (ce qui serait oublier que l'engagement politique n'a pas de langue); je rappellerais que les rangs de Projet Montréal et de Richard Bergeron comptent la présence du juge John Gomery: juge fédéraliste qui a oblitéré tout angle politique de son jugement du scandale des commandites pour ne sanctionner que la fraude perpétrée. Pas le meilleur exemple de support à la démocratie si ça se trouve.

Dimanche, le 1er novembre: je voterai Louise Harel et Vision Montréal.

Et toi ???