mardi 20 octobre 2009

Connais-tu Sylvain Raymond ??? [@Comprends-tu Sylvain Raymond ??? (#je ne suis pas Sylvain Raymond)]

Connais-tu Sylvain Raymond ???
Il vient de mettre à jour sa photo Facebook [@avoir entre 25 et 35 ans].

Il post des billets sur Facebook et Twitter [@silversly]. Il a un blogue aussi je pense [@2yearstolive (#avoir près de 6 mois à vivre)]. Il a des points de vue sur la vie.

C'est Sylvain Raymond.

Il écrit une autofiction relative à des concepts qui font référence à la culture yupster.

L’écriture de ces lignes ne sert rien du tout, n’apporte aucune solution, ne soulève aucun problème, et finalement rallonge une lecture (écriture) qui me donne envie de me (tout) laisser tomber.

À perdre son temps, on y perd la vie.

À perdre sa vie, on y perd le temps.


Il ne (me) reste que quelques pages.

Aimes-tu Sylvain Raymond ???
Es-tu en amour avec Sylvain Raymond ???

Connais-tu Sylvain Raymond ???
Comprends-tu Sylvain Raymond ???

Suis-je vraiment Sylvain Raymond ???
Je (ne) suis (pas vraiment) Sylvain Raymond.

Et voilà. Au travers un balbutiement de bave abondante qui coule désormais sur mon menton et mon corps musclé semi bronzé, je trouve la (ma) réponse. J’ai vécu moi. Exactement moi. Ce que je suis. Le vide, c’est moi : intrinsèquement (fondamentalement) vide. Pleinement assumé. Pas comme vous (moi). Vous n’êtes rien (moi aussi). Vous n’existez que pour (rien) vivre, construire du sens sur votre propre existence en croyant (Amen) cultiver du vrai à partir de référents que vous avez refusé de comprendre (et qui n’existe plus). Je suis mieux que vous (je vomis légèrement et de manière intermittente sur mes cuisses). Je (ne) suis (pas) meilleur : Le meilleur (non). Exactement (pas vraiment). Conséquent avec moi-même, qui meurs (douloureusement). Je vibre finalement (je tremble violemment). Et je réponds à mon téléphone cellulaire…

1 commentaire:

L'Enfant Terrible. a dit…

Je te l'ai dis. Je te marierai quand tu seras mort.
Je te connais et je t'aime (genre(pas vraiment)).
Mais quand même. Je t'apprécie, et tu le sais.