mercredi 23 septembre 2009

Atreyu était-il (vraiment) mâle ??? [via une exploration de la masculinité]

Il pleuvait (il pleut toujours).
Le soleil couchant perçait l'infini grisonnant.

Je tente de reproduire [via jouer hypem et imeem en même temps en calibrant le son] le mix (re)produit par The Twelves à 51:32 de leur twelfth hour mixtape qui juxtaposait leur propre remix de la pièce Comme ci comme ça du groupe electroclash Israëlien Terry Poison et Sexual Sportswear de Sébastien Tellier.

Quelque part entre les sonorités 1984...



...et des paroles empoisonnées...

vous êtes marié
c'est très difficile
je t'aime bien-sûr mais j'ai peur aussi...aussi
tu viens ce soir...je ne suis pas prête
donnes-moi un minute

toi....ahhhhhhh....comme ci comme ca...ahhhh
ahhhhhhh...chaque fois...ahhhhawaaahaaa

ton peur la neige, je me foire jusqu'a ici et dormir avec moi
je suis 16 ans ans, tu es trop vieux

toi....ahhhhh.....comme ci comme ca
ahhhhh je reve de toi ahhhhh awaaaaahaaa

...je me pose une (la) question existentielle: Atreyu était-il (vraiment) mâle ???

Transporté dans l'imaginaire d'un jeune enfant insécure dont la représentation est un androgyne pourchassé par ses démons intérieurs: je me questionne sur ce que je ressentais à l'écoute de Die unendliche Geschichte (L'Histoire sans fin [1984]).

La princesse à sauver, ou un idéal représenté ???

Incapable de secourir son cheval (sa masculinité) des abysses de l'intérieur, Atreyu préfère voler à dos d'un chien rose géant et volant: antithèse libre comme l'air (du regard des autres).

Mais l'Histoire demeure sans fin...
Et j'écoute The Sound Of Arrows.

Basculais-je pour te divertir ???
Et il ne pleut plus (il pleut toujours [bis]).

1 commentaire:

Myriam a dit…

J'aimais tellement ce film!