lundi 29 juin 2009

Hipster Montréal ou WTF ???


Il y a de ces choses qui arrivent et qu'on n'attendait plus: la mort de Michael Jackson, la mort de Billy Mays et maintenant des gens qui se prétendent hipsters (Montréal).

Un jour, le hipster a existé: The hipster aesthetic of irony extends to the appropriation of elements of lowbrow or working class identity in an ironic fashion, such as Pabst Blue Ribbon beer as well as the multi coloured keffiyeh "initially sported by Jewish students and Western protesters to express solidarity with Palestinians, the keffiyeh has become a completely meaningless hipster cliché fashion accessory.

En français: un hipster (re)présentait une existence ironique. Le hipster; n'est donc pas un hipster. C'est (im)possible.

Mais le jour arriva où pour une raison étrange (pas vraiment - la récupération est à la mode [bis]) qui coïncidait à Montréal avec la table ronde animée par Christiane Charette sur le sujet à la radio de Radio-Canada où des gens se revendiquèrent hipster. Wow.

Le hipster, le vrai (faux), devenait donc quelque chose d'autres, de plus authentique. Pas d'autres choix, des gens en manquent d'attention souhaitaient devenir hipster. Re-Wow.

Proposition: l'alt pour alternatif.

Proposée par: Carles de Hipster Runoff (runoff signifie ici résidu de production de quelque chose, donc l'ironie hipster se veut à la base de la conceptualisation de son blogue).

On retrouve donc: l'alt (le nouveau [nouveau] hipster), le hipster (le nouveau [fail] hipster). Et maintenant, la synthèse du fail: Hipster Montréal. Il y a un double n'importe quoi très malaisant à se revendiquer Hipster et Montréal. Un malaise encore plus malaisant que les lunettes fumées roses ou de l'infographie motion design (cool [pas vraiment]).

Le yupster en moi capable d'une analyse soutenue d'un phénomène contemporain qui ne veut rien dire du tout souhaite profondément qu'on cesse de salir le nom de sa ville d'adoption avec une nomenclature qui se référence trop bien dans Google.

Je ne veux pas que Montréal devienne le nouveau Portland "hipster" en Oregon. Je veux une ville consciente de son statut (Facebook), en pleine croissance, assoiffée de développement; pas de reprise conceptuelle vraiment trop j'arrive de la banlieue où j'étais cool et je veux être autant cool à Montréal. Trop 2007; pas assez 1987.

Je suis un yupster, et je n'aime pas Hipster Montréal.
Et toi, aimes-tu Hipster Montréal ???

Souhaites-tu que Hipster Montréal devienne le nouveau Bombe TV ??? Souhaites-tu que le gars qui anime qui boit de la PBR (parce que c'est cool), soit le nouveau Baz 2.0 ??? Souhaites-tu que la vie urbaine te soit expliquée par une autre web TV encore plus cool comme Hipster Montréal ???


Trouves-tu qu'il serait plus juste de nommer l'émission Hipster Laval ???

14 commentaires:

thomasleblanc a dit…

bien d'accord.

cela dit, se dire hipster en décembre 2008, c'était très hipster, puisque ça fâchait Nicolas Langelier, lui-même un hipster (peut-être plus aujourd'hui, mais à l'époque où il fondait p45).

s'en faire avec les hipsters en juin 2009, par contre, c'est comme s'en faire avec les 450. je pense qu'on peut passer à un autre appel.

cela dit, je pense qu'il y a une belle moralle aspirationiste dans le travail de ces petits gars de sainte-hilaire (ou est-ce saint-bruno?). et je n'ai rien contre le 450, just sayin'.

et j'aimerais conclure en disant que la seule bière ironique qu'il est encore acceptable de boire est la Coors Light, en canette avec une paille. la PBR et la Labatt 50 font vraiment 2004.

bon, de quel autre sujet on pourrait bien parler?

thomasleblanc a dit…

oups, fautes de frappe dans mon commentaire.

Sly a dit…

On pourrait parler de tes présences à des tables rondes à Radio-Canada et Vox ;)

Sly a dit…

Et boire de la Grolsch, c'est yupster.

thomasleblanc a dit…

lol, on pourrait, je les assume.

by the way, j'ai un ami américain qui a fait un honours thesis sur la production culturelle de la "subculture" à Montréal, selon les divisions anglo/francos (il a un bias pro-anglo, genre les anglos n'ont pas d'opportunités parce que les francos contrôlent la ville, etc). c'est pas tout bon, mais c'est intéressant, il relate des événements de 2007-2008 (peer pressure, bridge burner, coda, etc).

il mélange ça à des théories de Bourdieu, etc.

Sly a dit…

J'aimerais lire; mais entre temps, je te suggère: http://hroexegesis.blogspot.com/

Guillaume a dit…

Si j'avais à choisir entre Hip ou Yup, et que l'abstension n'était pas possible, je crois que j'irais avec Yup. Mais n'est pas là où je veux en venir.

Même si je dois avouer que le concept Hipster Montreal fait très "been there, done that", et que le vibe qui en ressort est très "poser", je crois que faut pas se faire un stress avec ça. J'ai bien aimé la comparaison avec le 450 de Thomas.

J'ai longtemps couvert photographiquement (et continue à temps très partiel) la scène musicale montréalaise et j'ai vu mon lot de "trend hopper" qui vont et viennent - ils faisaient d'la photo car c'était "hot" et que la technologie est de plus en plus accessible.

Maintenant que les caméras vidéo HD, 16x9, etc sont "achetable", on va en voir de plus en plus se lancer dans ce genre de reportage format web-télé. Pour te voler une expression que tu utilises souvent, "La vidéo, c'est la nouvelle photographie".

En conclusion, je comprends très bien le désir de protéger Montréal. Cette réaction est normale et observable dans tout genre de situations. Un nouveau "joueur" (quoique pas nécessairement de qualité) se pointe et on sent son territoire envahi.

Peut-être est-ce un phénomène sociétal, mais si nous ne tentions pas de tout "labelliser" (ALT, 450, Hipster, etc.) aurions-nous la même discussion? Sommes-nous en train de suranalyser notre propre existence?

Je crois que laisser le type (aka "Touch") faire son truc, l'ignorer en fait, serait plus saint. Il va se tanner et passer à autre chose... sûrment à la prochaine tendance "hot".

Martin a dit…

C'est juste affolement mal fait surtout.

Et pis, comme tu dis, depuis quand tu te proclame auto-hipster? WTF, c'est un terme dénigrant qu'on a attribué à des jeunes...

Une princesse a dit…

Depuis quand on déclare que c'est un mode de vie et qu'à la place de la vivre, on le montre à tout le monde en vidéo (qui by the way font vraiment 2005 avec leurs sujets déjà couverts mille et une fois.) C'est plus là la question!

Si ce garçon veut faire des vidéos et se clamer hipster, premièrement il ne doit pas faire le signe de rock à 1:47 ...

Leur style vestimentaire fait très banlieue, les sujets couverts aussi! Il faut laisser la chance au coureur pourvu que celui-ci produise quelque chose de bien. Non?

Quand il va commencer à couvrir des trucs qui vont m’étonner et des événements que je ne connais pas (non, on ne lance pas un vidéo sur un événement 10 jours après celui-ci, surtout pas avec l'instantanéité du web), je vais montrer beaucoup plus de respect pour le projet.

P.-S. Je ne dis pas que la personne qui le fait est une merde. Loin de là! L'homme doit être bien, ses productions un peu moins

Un prince a dit…

ahahahah,
je suis tombé sur un de leurs vidéo hier, et je me disais la même affaire.

Je trouve le fait d'appeler ça hipster montreal un peu obnoxious ... spécialement vu qu'aucun des membres qui sont a l'écran ne pourrait être catégorisés hipster.

Je me disais aussi que le gars qui parle n'a l'air aucunement a l'aise devant la camera et que j'aimerais encore mieux ecouter Jeff Lizotte de Bombe.tv parler, et je ne suis pas un grand fan de ses derniers non plus.

Blasé a dit…

Esti que vous me faites rire avec vos histoires d'étiquettes et de référence à une année X...

"Ça fait tellement si" ou "tellement ça"...
Who gives a fuck?

Je dirais de mon côté, que tout ça fait tellement... secondaire!

Get a life.

Jay St-Louis a dit…

...ce qui est difficile à comprendre avec la réaction face à "Hipster Montréal" et la webtélé au québec en général;

Pourquoi est-ce qu'à chaque fois que quelqu'un travaille fort (et bénévolemment) pour produire quelque chose, on doit automatiquement se tomber sur la tête au lieu de s'encourager un peu.

Hipster ou pas hipster, 450 ou pas, cessez ces petites exclusions de cours d'école, vous en sortirez grandis! :)

Une princesse a dit…

@Jay St-Louis, je crois que personne attaque le genre mais plus le nom, le faux style de vie propager par la personne. C'est comme s quelqu'un s'appelerais Pute Montreal. C'est un nom sens.

Anonyme a dit…

Bon, je suis deux ans en retard et je dois vous avouer que... dans deux ans la tendance 450 sera ironiquement hipster. Je répète : dans deux ans la tendance 450 sera ironiquement hipster.

I.e. Il sera de bon goût d'avoir un Gros BBQ dans son gazébo.