dimanche 22 février 2009

De la figure monstrueuse: de l'homme-spectacle à l'hyper-mâle ou un tentative de définition de mon histoire secrète.

Vous êtes plusieurs à me dire:
J'aimerais ça lire ton mémoire un jour, ça l'air intéressant.

Et bien voilà, c'est votre chance.
Vous n'avez plus d'excuses si ce n'est que ça ne vous tentait pas vraiment.

Bref, pour ceux que ça intéressait, voici le résumé du mémoire en question.

Ce mémoire revisite la théorisation de la figure monstrueuse au cinéma.

Ce parcours déjà entrepris par un bon nombre d’intellectuels au fil du temps sera toutefois précisé autour du cinéma états-unien des années 90, de la théorisation du genre et de la masculinité grâce à un apport nouveau, entre autre, des discours queer et féministe.

À partir d’une méthodologie hybride (post)moderne définie au travers les écrits historiques de Siegfried Kracauer, la problématisation psychanalytique post-marxiste de Robin Wood et une conceptualisation nouvelle et corporelle de Jeffrey Jerome Cohen qui permettra de situer le contexte de l’étude culturelle entreprise au sein de ce mémoire : nous dégagerons une variable inédite qu’est celle de l’histoire secrète.

Cette situation temporelle dégagée grâce à un approfondissement de l’analyse du langage cinématographique via les stratégies rhétoriques du genre et de la masculinité, c’est l’histoire secrète qui exposerait la situation de notre monde occidental mais davantage ma situation d’homme blanc au sein de ma recomposition conceptuelle dans une société aux pôles quoique apparemment bien définis dans l’imagerie médiatique contemporaine; représenterait justement une situation dichotomique profondément aliénante entre la construction fondamentale et sa reconstruction représentée que nous extrapolerons comme un passage de l’hommes-spectacle à l’hyper-mâle.

Mots-clés : Théorie cinématographique, masculinité, postmodernité, monster theory, doppelgänger, cinéma américain, schizophrénie.

C'est en français.
Et dans le cadre de la maîtrise en science de la communication option médiatique à l'Université de Montréal.

Bonne lecture.

Aucun commentaire: