mardi 25 novembre 2008

Le débat des chefs: match nul !

Dans l'expression match nul, il y a le mot nul. Mais avant de tomber dans un relativisme potentiellement cynique, allons-y avec les chefs respectifs.

Jean Charest - Parti Libéral du Québec

Suite à un début de débat relativement agressif (ce qui n'est pas nécessairement négatif), Jean Charest a semblé ralentir la cadence en deuxième moitié. Manque d'énergie ou mesure préventive à la cacophonie, peu importe, car en général il a su garder son calme face aux élans sarcastiques de ses adversaires.

Cependant, sa persistance à ne pas défendre son bilan, sa persisitance à ne pas dévoiler les états financiers de la Caisse de dépôt et sa mollesse par rapport aux thématiques constitutionnelles vont de pair avec son habillement et le personnage en générale: c'est dangereusement neutre.

Or, rien pour déstabiliser sa position au gouvernement.

Mario Dumont - Action Démocratique du Québec

Si Mario Dumont pouvait garder ce ton généralement équilibré tous les jours de sa vie, il ne serait probablement pas en péril comme c'est présentement le cas dans les sondages. Assis au centre de la table - soit dit en passant, quel beau décor, pas mal mieux que l'espèce de centre de table Inuit du débat fédéral 2008 - Mario Dumont a su bien se positionner comme étant une alternative aux vieilles chicanes entre le PLQ et le PQ. Bonne note pour ses questions sur les planifications budgétaires du PLQ, sur l'incapacité de Jean Charest à réduire les dépenses gouvernementales et sur les élections scolaires.

Par contre, l'abolition des commissions scolaires sans plan, les manteaux des équipes sportives et la privatisation d'une partie d'Hydro-Québec font presque aussi peur que cette horrible cravate ocre et ses boutons de manchette mon-oncle-Fernand-le-soir-de-Noël.

Pauline Marois - Parti Québécois

Moins fluide au départ, mais très ferme sur des sujets comme l'éducation et le futur du Québec. Elle saura conforter les militants péquistes et sera peut-être capable de convaincre les mères de famille et les travailleurs dans le Bas-du-Fleuve et au Saguenay avec, entre autre, des mentions soutenues sur le secteur manufacturier et forestier.

Mention spéciale à l'expression: Encore la cassette ! - franchement rafraîchissant surtout pour une femme qui semblait plus habillée pour un enterrement chic que pour un débat public. Elle a vécu la crise, et les gens le savent. Par contre, elle sera certainement davantage perçue comme une arrogante; plutôt qu'une battante.

Mais dans l'fond...

Ce débat n'est-il pas la représentation la plus perspicace de l'inutilité de cette campagne ??? À plusieurs occasions, en plein débat public, les chefs s'accordaient entre-eux !!!

Au final, il ne reste qu'un chaos circonscrit avant la crise économique, comme un chien qui s'agite une heure avant que l'ouragan débute.

On ne peut donc que se souhaiter un gouvernement minoritaire Libéral avec le Parti Québécois dans l'opposition et espèrer que Mario Dumont acceptera de se retrouver quelque peu en retrait à l'Assemblée Nationale. Pas nécessairement absent, le Québec a besoin de Mario Dumont; mais pas dans l'opposition et surtout pas au gouvernement.

Les électeurs ne voulaient pas d'élection, ne voulaient pas d'un débat, ne veulent pas de Québec SoliTaire.

C'est ça un match nul, on a bien beau vouloir supporter une équipe, on en ressort avec l'impression d'avoir perdu son temps...

P.S.: Stéphane Bureau en avait peut-être plein les bras lors du débat, mais quelle tenue vestimentaire !!! Wow !!! Ce veston avec une mince et sobre mais tellement palpitante ligne blanche...Re-Wow !!!

5 commentaires:

Anonyme a dit…

mon commentaire en 3 phrases:

Dumont est le grand perdant, il vient de démontrer qu'il est totalement inutile dans le débat politique actuel au Québec.

Pauline a été vraiment au delà de ce que j'aurais cru, elle m'A donné le goût de me rallier...

Charest, a donné un débat suffisant pour remporter les élections, majoritaire...

Anonyme a dit…

Oufff!!! que c'est ennuyant tout ça... Je ne comprends pas à quoi sert une campagne qui dur un moi mais qui commence seulement à 11 jours des élections... Comme aux élections fédérales, je vais aller voter sans trop savoir pour qui est pour quoi et je vais espéré tomber sur un gouvernement acceptable...

Le débat tourne autour de sujets de surfaces et vu qu'il y a crise économique, fuck le reste... Rien sur l'environnement et développement durable, qui pour moi représente le Québec de demain, rien sur les études post secondaire, enfin on à rien apris pentout...sauf que Pauline se débrouille dans un débat des chefs.

Vraiment débosant la politique québecoise!!! Si elle était meilleure j'en mangerais, mais donner moi de la viande !!

Anonyme a dit…

Regardons attentivement nos trois choix pour la constitution du nouveau gouvernement québécois... Ma conclusion personnelle est que la seule option viable pour nous sortir de l'absolue morosité actuelle est de voter Pauline Marois.

Qu'on soit libéral ou adéquiste, il faut admettre qu'elle a VRAIMENT à coeur de bâtir un Québec meilleur et pratiquer une politique plus honnête. Bien sûr, on peut être contre le projet de souveraineté, mais peut-on vraiment être POUR l'attitude suffisante et carrément malhonnête de Jean Charest? Comment ne pas remarquer qu'il a déclenché ces élections sans jamais se soucier une seconde d'autre chose que son propre intérêt politique. Est-ce vraiment le genre de leader qu'on veut???

Québécois, vous avec le pouvoir de montrer à nos dirigeants qu'on en a plus qu'assez de cette attitude désobligeante envers les électeurs! Le 8 décembre, envoyer un message clair à Jean Charest! Quoi qu'on en dise, cette élection est IMPORTANTE et potentiellement HISTORIQUE!

Sly a dit…

Le dernier commentaire était très intéressant jusqu'à sa conclusion Obamanesque...

Maxime a dit…

ouin, je vais voter pauline moi vec