vendredi 7 novembre 2008

Beau début de campagne électorale au journal La Presse...

Pas besoin d'être attaché à une chaise de patio dans un pièce sombre en écoutant Pierre Falardeau pour comprendre que le journal La Presse a une certaine proximité avec les instances et décideurs fédéralistes.

Par contre, depuis le début de la campagne électorale provinciale, le choix de la une, il me semble, manque un peu (genre pas mal) de rigueur journalistique.

Pas dans l'exposition des faits en soit; mais dans la pertinence de la nouvelle en première page.

Que le PQ soit dans le trouble financièrement, ça passe toujours. Mais ajoutez-y la page couverture de ce matin 7 novembre 2008 qui cite: Pauline Marois perçue comme snob, et on tombe assez rapidement dans la démagogie.

Alors quand nos amis Pratte, Marissal et autres parvenus de l'opinion politique tombent sur le citoyen qui ne souhaite pas d'élection en le traitant de cynique égaré, et bien, il faudrait peut-être se regarder le bout du nez.

L'idée (!!!) de Mario Dumont de privatiser une forte partie d'Hydro-Québec en pleine crise économique ressemble drôlement au jeu de la spéculation qui a poussé Wall Street dans les bas fonds des aléas du marché.

Mais ça, ce n'est pas ce qui vend du journal on dirait bien. C'est préférable de planter Pauline Marois sur son apparence snob.

Merci journal La Presse.

2 commentaires:

Dave a dit…

Juste pour te corriger, c'est pas le jeu de la spéculation qui a créé la crise de Wall Street, mais beaucoup plus l'intervention du gouvernement dans le marché pour forcer les banques à prêter à des minorités et des personnes qui ne pourraient pas rembourser (sous peine d'amendes, ou même de perdre leur license).

Pour ce qui est d'Hydro-Québec, enlevez ça des mains du gouvernement, séparez ça en 7 millions d'actions et donnez-en une à chaque Québécois... Si c'est une richesse collective on va enfin en profiter (au lieu que ce soit un taxman déguisé comme en ce moment).

Il est temps d'en finir avec les monopoles, qu'ils soient publics ou privés.

Sly a dit…

Je ne suis pas d'accord.

C'est la spéculation abusive par rappport à de la valeur réelle mêlée à de la corruption administrative qui a crée la crise Wall Street; pas l'intervention du gouvernement.

Ce n'est pas parce que tu proposes une politique que nécessairement elle doit se corrompre dans le système.

Et tu profites du Hydro-Québec à tout les jours à cause de la Régie de l'Énergie, des emplois crées et du faible coût de l'énergie.

On est pas capable de se brancher sur le CHUM; je ne voudrais pas voir un assemblée d'actionnaires d'Hydro-Qc.