mardi 23 septembre 2008

Je suis un yupster


Depuis quelques temps, je suis à la recherche de moi-même, de ce que je suis. Je lance cette hypothèse quelque peu pessimiste: je suis un yupster.

Extrapolons.

Qu'est-ce qu'un Yuppie ???

Selon wikipédia, le terme anglophone typique des années 1980 définit les jeunes cadres/ingénieurs de haut-niveau, évoluant dans les milieux de la haute finance, et habitant le cœur des grandes capitales occidentales.

D'accord, ce n'est pas tout à fait moi...mais la suite est intéressante.

D'abord forgé par des sociologues, afin de nommer cette population à l'existence inédite, puisque défrayant le schéma générationnel classique en termes de pouvoir, visibilité, poids économique, "yuppie" devient aussi un terme péjoratif désignant les jeunes ambitieux cyniques, faire-valoir du capitalisme dans sa version la plus inégalitaire, obsédés par l'argent et la réussite, amoraux, matérialistes à l'extrême.

Y'a un peu de moi là-dedans, non ?

Reste tout de même que c'est un peu trop clean un yuppie, trop riche, certes je me positionne sur les enjeux politiques locaux, nationaux et internationaux, mais tout de même, yuppie c'est pas (encore) moi...

Qu'est-ce qu'un Hipster ???

Toujours selon wikipédia mais en anglais cette fois-ci, in the late 1990s, the 1940s slang term hipster began being used to describe young, urban middle class and upper class adults with interests in non-mainstream fashion and culture. Actually defining what a hipster is can be a difficult task considering the idea that hipsters are thought to exist as a "mutating, trans-Atlantic melting pot of styles, tastes and behavior[s]."

Ça me ressemble beaucoup, mais il faut faire attention, voici la suite.

The hipster aesthetic of irony extends to the appropriation of elements of lowbrow or working class identity in an ironic fashion, such as Pabst Blue Ribbon beer as well as the multi coloured keffiyeh "initially sported by Jewish students and Western protesters to express solidarity with Palestinians, the keffiyeh has become a completely meaningless hipster cliché fashion accessory"

Il faut ici donc comprendre que même si je porte le skinny jeans, ça ne veut pas dire que je pousse le concept d'ironie à l'extrême (même si j'ai déjà porté la marque Full Circle écrit tout juste au-dessus de mes fesses...).

Qu'est-ce qu'un Yupster ???

Ce qui a de plus désolant dans toute cette démarche, c'est que je me retrouve à être un hybride reconstituté de ces deux catégories. Selon le urban dictionary cette fois, [a yupster] is a hipster with a professional job who seeks to climb the corporate ladder but remains true to indie musical tastes, lives in a hipster neighborhood (donc pas Laval ou St-Bruno).

Dans le meilleur des deux mondes, je me retrouve dans une situation étrangement vide, encore plus que vide, car copie de copies comme en témoignent ces extraits wikipédia sur le hipster:

Christian Lorentzen of Time Out New York claims that metrosexuality is the hipster appropriation of gay culture. He writes that "these aesthetics are assimilated — cannibalized — into a repertoire of meaninglessness, from which the hipster can construct an identity in the manner of a collage, or a shuffled playlist on an iPod. He claims that this group of “18-to-34-year-olds”, who are mostly white, “have defanged, skinned and consumed” all of these influences “into a repertoire of meaninglessness”.

Alors pas assez riche et musclé (je vais juste au gym 2 fois par semaine pour faire 30 minutes de chest) pour être un yuppie mais trop sophistiqué pour être un hipster crasse...il ne me reste que le constat indubitable que d'être un yupster, c'est être rien, sauf si le vide est quelque chose.

Mais bref, ça sonne toujours mieux lorsque c'est Patrick Bateman (un yuppie) du film American Psycho qui le dit.




Effectivement, cette quête de sens, cette recherche de moi-même, de ce que je suis, ne mène définitivement nul part...

5 commentaires:

Anonyme a dit…

Bon, That's a good post

FreeFallFred a dit…

C'est ben beau tout ça, mais tu va quand même te faire planter dans le pool de hockey.

Alors à la fin de la saison, tu seras un loser.

Anonyme a dit…

un yupster puant

max a dit…

oui, ca fait du bien de lire quelque chose d'intéressant

Zélia Lefebvre a dit…

Ahhhhhhhhh Sylvain tu te cherches dont ben. C’est quoi toujours cette quête effrenée à te caser dans une catégorie ou une autre. En lisant ton billet, je me suis dit ouin moi aussi ch’t’un peu Yupster machin…Je cherche à gravir les échellons (genre) enfaite je suis plutôt du style à aimer les nouveaux défis et mettre mes compétences et le meilleur de mon moi même au profit d’un client, d’un projet, un employeur ou une entreprise qui à son tour réponds à mes besoins (genre une paye, et ou un peu de reconnaissance et de tappe dans le dos). Wow et yark ont dirait que je sonne comme une fille qui vent sa salade à un futur employeur. Et oui, je cherche aussi à rester in touch avec mes indie musical taste…Est-ce un désir de rester jeune et branché et à l’affût de toutes les nouveautés ou simplement un refus de vieillir plate et hors du coup? Est-ce du à un besoin d’être toujours aussi enviable et potentiellement intéressent sur le marché du travail? Un besoin de séduire et d’appartenir au plus grand nombre de groupes sociaux? Un besoin d’être accepté et aimer à outrance quoi? T’es pas fatigué toi?