mercredi 20 août 2008

François Legault, le cynique.


Comment le député de Rousseau pense-t-il résoudre le problème du cynisme de la population envers la classe politique en proposant au Parti Québécois d'éviter le projet souverainiste ?

La population, cynique envers ses élus, doit désormais être réconciliée avec la politique en générale par davantage de stratégie politique. L'idée a quelque chose de cynique.

Lorsque que François Legault souhaite « d'abord proposer une alternative et des projets de gouvernance pour régler notamment les problèmes en santé et mieux faire face au ralentissement économique » à l'extérieur du projet de souveraineté du Québec, il atteint des sommets sans précédents de sa propre conception du cynisme.

Tout d'abord, si ces problèmes peuvent se résorber de manière concluante pour le bien de la population du Québec, comment ce dernier peut-il toujours se présenter à titre de représentant du Parti Québécois ? Quelques mois plus tôt, François Legault briguait les commandes du parti, réaffirmant la nécessité de la souveraineté du Québec à l'aide d'une multitude d'études économiques qui justifiaient la démarche dans son ensemble.

Or, cynisme oblige, il faut désormais changer de stratégie.

À force de vouloir bâtir un pays comme on gagne une élection, c'est-à-dire sans vaste projet englobant et mobilisateur à défaut d'une plate-forme stratégique de prise du pouvoir, le Parti Québécois ne fait que donner raison aux cyniques.

Si François Legault ne se croit plus en mesure de mobiliser les québécois autour d'une plate-forme de développement économique viable sans la nécessité pour le Québec de devenir un pays, évitons le cynisme Monsieur, et prenez la porte.

1 commentaire:

David Ragault a dit…

Une chose est certaine, il a raison que la population ne crois plus les politiciens.

Je ne metterais jamais le destin du Québec entre les mains des sociopathes qui le controlent actuellement, et le peuple est juste trop innocent pour exiger que leurs droits soient respectés dans un Québec souverain, on le voit à la joke qui passait comme "Constitution du Québec" la dernière fois que le PQ était en élection.

L'avenir du Québec ne passe pas par ses politiciens, ils nous font faire du sur-place depuis 40 ans.

Regarde ce que Jacques-Antoine:Normandin a à dire sur la situation politique et juridique au Québec, selon lui, le Québec est déjà souverain depuis 1968.

http://video.google.com/videoplay?docid=-483360643958506332